Détention de Serigne Saliou Gueye : tous les journalistes titulaires de la carte nationale de presse doivent la restituer

les professionnels des médias doivent exiger un moratoire (suspension de la délivrance des cartes de presse).
Pour faire entendre leurs voix, une seule option : tous les journalistes détenteurs de la carte nationale de presse doivent la restituer, sans délai : les noms des journalistes traitres refusant de se conformer à cette action collective doivent être rendus publics.

Seybani SOUGOU

 
Nota bene :
Si tous les journalistes détenteurs de la carte de presse la restituait, ce serait un signal extrêmement fort adressé au régime sur la ligne rouge à ne pas franchir, car Il n’appartient pas à un régime politique de définir qui est journaliste et qui ne l’est pas (le régime serait dans l’impossibilité d’emprisonner tous les journalistes).
La réussite de cette démarche nécessite une action collective et non individuelle Il faut de manière cordonnée, que tous les titulaires de la carte de presse (je dis bien tous) soient solidaires.

Certes, assainir le secteur de la presse est une nécessité, mais il faut savoir raison garder : la carte de presse n’est pas un critère pour définir la qualité de journaliste (elle sert juste à faciliter l’accès à des événements ou la couverture de manifestations officielles …) et ne doit en aucun cas revêtir un caractère obligatoire.

Je ne serais pas du tout surpris que des journalistes traitres fassent capoter ce projet, avec des (pseudo) arguments tirés par les cheveux !