a indiqué Salvamento Maritimo, service espagnol de secours en mer,

Plusieurs centaines de migrants, abandonnés dans une zone désertique à la frontière entre Tunisie et Libye après avoir été évacués de la ville de Sfax la semaine passée, ont été mis à l’abri lundi dans des villes du sud tunisien, mais les ONG s’inquiètent du sort de dizaines d’autres repoussés vers la frontière algérienne.

« La totalité des 500 à 700 migrants qui se trouvaient à la frontière avec la Libye ont été transférés ailleurs », a déclaré Salsabil Chellali, responsable de l’ONG Human Rights Watch à Tunis.

Divisés en groupes

À la suite d’affrontements ayant coûté la vie à un Tunisien, des dizaines de migrants avaient été chassés de Sfax (centre-est), devenue le principal point de départ de l’immigration irrégulière vers l’Europe, et conduits, par les autorités selon des ONG, vers des zones inhospitalières frontalières avec la Libye et l’Algérie.

Ceux qui ont été récupérés par les autorités tunisiennes à la frontière libyenne, dans la zone tampon militarisée de Ras Jedir, ont été divisés en plusieurs groupes, selon des ONG et des médias. « Un groupe se trouve à Medenine, au niveau d’un lycée gardé par les forces de sécurité », a précisé la responsable de HRW.

Source BFMTV