AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE : DAKAR INVITÉ À MISER PLUS SUR L’IRRIGATION

L’objectif d’autosuffisance alimentaire fixé par les pouvoirs publics sénégalais passe d’abord par une bonne exploitation des cours d’eau qui arrosent une bonne partie du territoire, a estimé l’ambassadeur d’Israël au Sénégal, Eli Ben Tura.
’’Le Sénégal ne devrait pas dépendre des éléments naturels pour accroître son agriculture. Il peut faire deux à trois récoltes par année grâce à l’irrigation. Ce pays gagnerait en production agricole s’il exploitait les fleuves qui coulent sur tout le territoire’’, a soutenu l’ambassadeur en visite, lundi, à l’APS.
Selon Ali Ben -Tura, l’irrigation des eaux des fleuves demande certes beaucoup d’investissements et de moyens financiers mais elle peut aider un pays en voie de développement comme le Sénégal ’’à garantir et à multiplier les saisons de culture et les rendements agricoles’’.
‘’Nous avons tenté cette expérience en Israël en amenant de l’eau du lac de Galilée au sud du pays. Et, aujourd’hui presque toute l’agriculture du pays repose sur l’arrosage grâce aux eaux recyclées’’, a indiqué l’ambassadeur.
L’ambassadeur Eli Ben-Tura, en fin de mission à Dakar après quatre ans de service, a invité les Sénégalais à avoir la ‘’culture de l’agriculture’’ pour atteindre l’auto-suffisance alimentaire.
Pour le diplomate israélien, ‘’la population doit aussi cultiver pour aider les pouvoirs publics à atteindre l’objectif d’autosuffisance en 2017.’’
‘’Au-delà des technologies et de l’irrigation, il faut aussi avoir le
culte du travail. Beaucoup de pays cultivent dans le désert et parviennent à exploiter leurs cultures. Il faut de la volonté pour y arriver’’, a-t-il ajouté.

Eli Ben-Tura a également assuré la volonté d’Israël d’accompagner les pays en voie de développement tels que le Sénégal à émerger à travers l’agriculture, la culture, le commerce et d’autres domaines qui peuvent booster le progrès.

avec aps

Laisser un commentaire