Avant la semaine de tous les dangers, qu’attendent encore les Grecs?

Beaucoup de Grecs s’attendent à un accord entre leur gouvernement et ses créanciers, mais un accord qui aboutirait encore plus à des mesures d’austérité, notamment une nouvelle baisse des pensions de retraite et une hausse des taxes.

Ainsi, un banquier de la Banque nationale de Grèce que RFI a rencontré souhaite « bon courage » à ses concitoyens, car il s’attend à de très mauvaises nouvelles. On redoute par exemple que les promesses sociales faites en début d’année par le parti Syriza d’Alexis Tsipras, comme l’augmentation du salaire minium à 700 euros ou le soutien aux petites retraites, ne soient purement enterrées.

Le maintien sous perfusion de l’économie grecque, que l’on voit se profiler ici, ne donne pas beaucoup d’espoir non plus. Certes, on ne sortirait pas de l’euro, mais les mesures d’austérité redoutées empêcheraient durablement le pays de relancer son économie.

Laisser un commentaire