«Brexit»: Cameron pressé d’officialiser la rupture du Royaume-Uni avec l’UE

A quelques heures d’un sommet européen post-Brexit, Angela Merkel a été on ne peut plus claire sur la ligne que tiendra l’Allemagne désormais : « Ce n’est qu’après le dépôt d’une demande formelle par Londres d’une sortie de l’Union européenne que débute un délai de deux ans pour les négociations sur cette sortie », a affirmé la chancelière allemande.

« Durant ce laps de temps, a-t-elle ajouté, le Royaume-Uni reste membre à part entière de l’Union avec toutes les obligations et tous les droits qui y sont liés et qui doivent être respectés. Les modalités de sortie de l’Union ne peuvent pas être choisies  » à la carte « . Il doit y avoir une différence sensible selon qu’un pays est membre ou non de la famille européenne. »

Et la chancelière allemande d’ajouter : « Celui qui sort de cette famille ne peut pas s’attendre à ce que toutes ses obligations disparaissent mais que ses privilèges soient maintenus. L’Union européenne est suffisamment forte pour surmonter un  » Brexit  » britannique, elle est suffisamment forte pour aller de l’avant à 27, et elle est suffisamment forte pour à l’avenir continuer à défendre ses intérêts dans le monde. »

La position des Européens semble désormais claire

Angela Merkel a voulu mettre les points sur les « i » devant le Bundestag, souligne notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Certes, la chancelière ne veut pas brusquer un traditionnel allié et insiste moins que d’autres sur un début rapide des négociations sur le « Brexit ». Mais elle souligne en même temps, et clairement, qu’il n’y a pas d’adhésion light à l’Union européenne.

Angela Merkel demande également aux Britanniques d’être réalistes. Il revient au Royaume-Uni, considère-t-elle, de prendre l’initiative et d’expliquer dans quelles conditions sa sortie de l’UE doit s’effectuer. Une ligne de fermeté, qui était celle entrevue la veille à l’issue d’une réunion Berlin-Rome-Paris, mais qui semble désormais être celle de nombreux autres acteurs européens.

avec rfi

Laisser un commentaire