Contribution: LA SCASA SOMBRE, selon les travailleurs

Les Coréens son entrain de poser des actes tendant à arnaquer l’Etat du Sénégal. Ils voudraient détenir 100% des actions en éjectant le seul Sénégalais associé.

Dans notre mémorandum adressé aux autorités étatiques il y a trois mois de cela  nous disions que la Scasa était au bord du gouffre, aujourd’hui , elle a la tête complètement dans l’eau.

La perte que nous avions annoncé était de 5milliards en 4ans, c’était sans compter avec le nouveau bilan financier qui a fait état d’une perte de 4,7 milliards pour l’exercice 2015 uniquement. C’est une honte pour un grand groupe comme DONGWON et une perte énorme pour les travailleurs et notre économie nationale.

Récemment au mois d’avril, un nouveau PDG américain du nom de NABIL SALIB en provenance de STARKIST a été nommé avec beaucoup de cafouillage au niveau  du Conseil d’administration, notamment avec  l’opposition de l’actionnaire sénégalais, Mr Fouad NOUASSER.

Néanmoins il a pris fonction et a rencontré le personnel  qui lui a fait part de ce qu’il  attendait de sa  nomination et lui-même annonce d’ailleurs son intention de travailler avec l’expertise local.

Malgré tout, les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui sont encore plus accrus.

Ils  peuvent se résumer en 5 points : La  double direction NABIL /CHOI :dans la nouvelle organisation un coréen du nom de Mr CHOI est nommé  comme Administrateur Général. Alors on se retrouve avec un PDG, un DG Adjoint et maintenant un Administrateur Général, ajouté au Daf . On n’ y comprend rien, c’est du superflu.

Résultat : il y’a une double direction ; une américaine en faveur de l’expertise locale qui croit que les coréens n’ont rien à faire dans cette société, une autre coréenne qui croît que les sénégalais sont incompétents et responsables de l’état de santé désastreux de la SCASA.

Ce qui est sure c’est que  la vision du PDG est aux antipodes de la vision coréenne et ceux sont les décisions coréennes qui sont appliquées.

Les acquis du personnel: Des acquis du personnel déjà réglés en son temps sont remis en cause à chaque fois que l’on change de direction et c’est notre troisième direction. C’est le cas du transport, des domiciliations de salaire, et maintenant ceux sont même des avantages de salariés qui sont touchés prétextant une situation financière désastreuse. Effectivement cette situation est dramatique, mais cela ne les empêche pas eux Coréens de rehausser leur salaire deux fois de suite en moins d’un an, de se payer des appartements entre 500 000 et plus d’1 000 000 de FCfa , de se faire rembourser le plus petit achat, de prendre en charge leur eau, électricité, repas, santé et même la scolarité de leurs enfants, l’internet, le matériel électro-ménagers et l’ameublement qui ne figurent pas dans leur contrat. C’est honteux et irrespectueux.

Le départ des Coréens:Lors de la révocation de l’ancien PDG Mr Jong Koo LEE il était question de celle aussi de toute l’équipe coréenne qui a montré son incompétence ce que l’ancien PDG avait reconnu et c’est pour cette raison qu’une nouvelle équipe équatorienne de STARKIST était venu en renfort. Malgré tout la production ne décolle pas pour des raisons de retard de commandes d’intrants ou plutôt de refus de commande d’intrants inexplicable, qui ressemble à du sabotage.

En effet Il y a plus d’une trentaine de containers de commandes en instances mais rien n’est fait pour les satisfaire, et au contraire on fait tout pour que les containers qui doivent partir ne partent pas à temps.

Nous avons perdu tous les clients en Europe ; au Maghreb il ne nous reste qu’un seul client qui commence à se lasser ; en Local le produit est disponible mais il y’a une volonté délibéré de les bloquer.

Le stock est énorme et représente plus de 5 milliards posant même un problème de place pour faire de nouvelles productions.

Au moment où la  société traverse ces difficultés, on continue à entretenir 6 à 7 étrangers pour l’hébergement à l’hôtel, la restauration, la location de voiture et le transport depuis presque 03 mois, cumulé à la charge de l’équipe coréenne qui a encore augmenté.

Il est temps de se définir par rapport à cette organisation et que les coréens qui ont montré leurs limites s’en aillent.

CAPSEN : c’est la société d’armement de DONGWON qui occupe les locaux à l’étage supérieur de la SCASA et dont le DG est Monsieur Jong Koo LEE ancien PDG déchu de la SCASA.

Nous nous rendons compte que l’intérêt premier de DONGWON était uniquement la mer et les agissements de CAPSEN le prouvent.

Actuellement c’est des milliers de tonnes que leurs 02 bateaux GRANADA et WESTERN KIM pêchent  et vendent dans des containers, alors que pour cette année 2016, la SCASA n’a produit que 850 tonnes jusqu’à aujourd’hui, donc après six mois.

Et cerise sur le gâteau CAPSEN ne paie qu’une redevance de 100 000Fcfa par mois pour les bureaux qu’elle utilise pour une surface de plus de 260m2, l’espace de EMCI  pour ses entrepôts qui représente une surface de plus de 2000m2 sans compter l’électricité, l’eau, l’utilisation des engins de levage, le carburant, etc…, c’est un grand vol organisé. Cette  société doit sortir de nos locaux et mérite des pénalités

Le port doit prendre ses responsabilités, et l’Etat aussi qui est entrain de cautionner une manigances flagrante.

Ce  qu’il ne faut pas oublier c’est que l’existence se CAPSEN est liée à celle de la SCASA. Mais si SCASA devrait servir de prétexte pour CAPSEN d’être la bouée de sauvetage des Coréens il appartient à l’Etat d’intervenir pour le respect des engagements pris.

Car tout le monde sait que juridiquement qu’il serait fastidieux de remettre la société sur les rails, car en 4 ans elle a épuisée plus de 4 fois son capital.

LES JOURNALIERS ; La  SCASA depuis le début de cette année ne produit que 7 à 10 tonnes par jour pour utiliser seulement entre vingt et trente femmes alors qu’ il y a des milliers de journaliers qui avaient fondé leur espoir sur des promesses jusqu’à présent non tenues.

Et tout porte à croire que la situation ne changera pas de sitôt.

D’autres  journaliers occupent des postes sensibles sans contrat et se font exploiter par une société d’intérim les mettant dans une situation précaire.

Nous interpellons l’Etat pour la nième fois quant à la survie de la filière thonière qui repose sur la SCASA.

L’Etat ne doit pas accepté de sacrifier la SCASA au profit de la coopération Sénégal/Corée.

Les Coréens qui ont dirigé la SCASA ont échoué, ils doivent céder la place à plus compétents. Ceux sont les travailleurs qui s’étaient battus pour leur venue, aujourd’hui se sont eux aussi qui se battent et qui se battrons avec la plus forte énergie pour qu’ils partent définitivement.

C’est la seule et unique solution!!!

Affaire à suivre…

 

Laisser un commentaire