Côte d’Ivoire : tentative de médiation avec les mutins à Bouaké

Samedi après-midi, ces tirs sporadiques avaient succédé aux tirs d’arme lourde de la matinée et de la nuit dans cette ancienne capitale de l’ex-rébellion armée, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Nous sommes venus de la part du président de la République pour les (mutins, ndlr) écouter, pour apaiser la situation », a déclaré le ministre Alain-Richard Donwahi, à son arrivée à Bouaké.

Le ministre s’est rendu à la résidence du sous-préfet avec un ex-chef de la rébellion, le commandant Wattao, et l’archevêque de Bouaké, Mgr Paul-Siméon Ahouan.

Le mouvement de contestation des militaires qui a éclaté vendredi à Bouaké et dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire a gagné samedi Man, la grande ville de l’Ouest. « A 08h00, les tirs se sont intensifiés. A l’heure actuelle, les militaires paradent en ville dans des véhicules. Les rues de Man ont commencé à se vider », a témoigné samedi dans la matinée Jean, un habitant.

Les mutins réclament le paiement de primes, des augmentations de salaires, une promotion plus rapide entre les grades et des logements.

Bouaké, qui compte environ 1,5 million d’habitants, est l’ancienne capitale de l’ex-rébellion armée qui contrôla le Nord de la Côte d’Ivoire entre 2001 et 2011.

Laisser un commentaire