Côte d’Ivoire : Une investiture aux mille questionnements

« Si l’Afrique a du mal à se développer, c’est du fait de ces présidents, qui foulent du pied toutes lois ou constitutions » disait Babacar Diop, professeur et politologue. A regarder de plus près le cas de la Côte d’Ivoire, un pays riche en matières premières et qui a du mal comme ses pairs à concrétiser cette manne financière en une opportunité sociale pouvant relever le niveau de vie des ivoiriens. Après des années de guerre et de souffrances causées par des politiciens insoucieux, croyant que cette épisode est révolue, les démons reviennent.

Ouattara et la parole retirée

Le président ivoirien Alassane Ouattara au début de son second mandat, avait clairement noté, qu’il était prêt à laisser la place aux jeunes. Par des calculs, il a retiré sa parole pour déclarer sa candidature pour un troisième mandat. Que vaut la parole d’un homme, qui plus est un président. Sous le regard complice du gouvernement français, on nous apprend que l’ancien président français Nicola Sarkozy, va faire le déplacement pour assister à la prestation de serment du président Alassane Ouattara.
Pour Rappel, pendant qu’il était au pouvoir le président Sarkozy a engagé plusieurs conflits, pour des raisons stratégiques Khadafi le guide libyen a été assassine, et il a assisté au conflit commandité ou pas de la Côte d’Ivoire. Poursuit actuellement par la justice française dans plusieurs dossiers, Nicola Sarkozy le mentor de certains présidents africains, est-il un exemple pour ces derniers et pourquoi lui portent-ils allégeance ?
à suivre

Jean Vaillant