Des chefs traditionnels s’engagent à promouvoir le respect entres les communautés

Des chefs traditionnels du Sénégal ont rendu public jeudi un document dans lequel ils prennent l’engagement d’assumer davantage la responsabilité de valoriser les mécanismes de régulation sociale et de prévention des conflits en promouvant le respect entre les communautés.

Cette déclaration a été rendue publique à l’issue d’une réunion des chefs traditionnels concernés à Diakhao, dans la région de Fatick (ouest), à l’occasion de la 12ᵉ édition du Festival national des arts et de la culture (Fesnac).

Intitulée  »l’appel de Diakhao », du nom de la capitale de l’ancien royaume du Sine, correspondant approximativement à la région de Fatick, cette déclaration a été lue par Buur Sine Niokhobaye Diouf Fatou Diène.

Ce dernier a ensuite remis le document au ministre de la Culture et du Patrimoine historique, Aliou Sow.

« En tant que gardien de tradition, les chefs traditionnels assument la responsabilité de valoriser les mécanismes traditionnels de régulation sociale, de prévention des conflits et promouvoir l’amitié, et le respect entre différentes communautés », a dit Buur Sine Niokhobaye Diouf Fatou Diène.

Il s’exprimait au nom des chefs traditionnels du Sine, de Bignona, du Saloum, le Buur Guédé, ainsi que d’une délégation ayant représenté le résistant colonial Lat Dior.

Au cours de la réunion qu’ils ont tenue, ces chefs traditionnels « ont partagé des réflexions sur les moyens de renforcer l’unité nationale et la cohésion sociale. »

« Par la richesse de notre diversité culturelle, ethnique et religieuse, reconnaissons que l’harmonie et la stabilité sont les fondements du développement durable », a dit Buur Sine.