DES INTELLECTUELS PRÔNENT DES MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT ARTICULÉS AUTOUR DE LA RÉFLEXION ET DE L’ACTION

Des intellectuels africains ont proposé, mercredi à Dakar, des modèles de développement durable articulés autour de la réflexion et de l’action pour renouveler l’engagement des pouvoirs publics en faveur du développement de l’Afrique.

‘’L’un des efforts qui doivent être les nôtres [Africains, NDRL], c’est de trouver des progrès [pour] l’émergence [sur lesquels] nous nous accordons’’, a soutenu Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie.

Il participait à une table-ronde sur le thème « De la renaissance à l’émergence : comment renouveler le débat sur le développement en Afrique’’, organisée par le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA), à l’occasion de son 44ème anniversaire.
‘’Nous sommes dans une société où les avis du Nord ont rarement été posés sur le plat, c’est-à-dire être partagés par les communautés de base. Maintenant, on doit produire des réflexions qui justifient les pratiques mises en œuvre et cela avec la collaboration de tout le monde’’, a estimé Felwine Sarr.
Pour lui, ‘’il faut juste voir comment mobiliser les groupes sociales autour des concepts idéologiques tels que le développement pour que tout un chacun puisse apporter sa contribution’’.
Il invite les pouvoirs publics et les communautés de base à s’entendre sur ‘’quel type de projet sociétal et sur quelle forme sociale’’ construire le développement.
Pour sa part, l’expert Moussa Mbaye estime que l’Afrique a besoin d’un processus de développement qui parle à l’ensemble de ses composantes. ‘’Nous devons savoir quelle est la trajectoire à prendre et qui nous sommes pour asseoir un développement durable. Et cela vise à consulter tous ceux qui sont exclus dans les rapports et documents publiés’’, a dit l’expert en analysant les processus de structuration des sociétés civiles sénégalaises.
Il souligne la nécessité pour les Etats africains d’apprendre de leurs échecs, tout en essayant de trouver l’ordre social avec des raisons qui leur sont propres.
‘’Il faut déconstruire, mais il faut passer rapidement sur les concepts, afin d’identifier les transformations qui sont réellement mises en œuvre depuis que l’Afrique parle de développement’’, a-t-il ajouté.
Abondant dans le même sens, le secrétaire exécutif du CODESRIA, Ebrima Sall, relève que le concept d’émergence a quelque éclipsé celui de renaissance africaine. Il appelle les Africains à un retour à la souveraineté qui permettra de définir et de maîtriser ce qu’ils veulent pour réussir le développement.
Avec aps


Laisser un commentaire