Devant le juge, Ça sera pas facile pour Khalifa Sall

Si Bamba Fall, le maire de la commune de médina, emprisonné durant près de 4 mois a bénéficié d’une liberté provisoire, ça sera pas facile pour Khalifa Sall le maire de la ville de Dakar, qui sera devant lejuge ce jeudi.

Des sources ayant pris connaissance du réquisitoire informent que le parquet général a adopté la même posture sur la nullité du procès-verbal d’enquête demandée par les avocats de Khalifa Sall, qui dénoncent le fait que leur client a été interrogé à la Brigade des affaires générales de la DIC sans la présence de ses avocats.

« Il ne s’agit que d’allégations d’une partie sans aucun élément de preuve. L’inculpé Khalifa Ababacar Sall lui-même ne s’est jamais plaint ni devant les enquêteurs ni devant le magistrat instructeur et le procès-verbal d’enquête n’en fait nullement mention», selon le parquet général qui juge nulle, la demande visant à déclarer nulle le réquisitoire introductif du Procureur et le procès-verbal d’inculpation de Khalifa Sall.

« Il ressort même des écrits du requérant que l’article 140 du Code de procédure pénal rend obligatoire la délivrance eu mandat de dépôt sous certaines réserves. C’est simplement dans ce contexte qu’il faut situer le pouvoir d’appréciation du parquet et du juge d’instruction en considérant les constations fournies par les percepteurs municipaux comme sérieuses alors que celles fournies par Khalifa Ababacar Sall n’ont pas été reconnues comme tel ».

Pour toutes ces raisons, le parquet général compte plaider contre la requête des conseils de Khalifa Sall, qui plus est, il estime que : « Comme rappelé à juste titre par le ministère public les inculpés sont poursuivis pour ces faits de détournement de deniers publics, d’escroquerie portant sur les derniers publics et de complicité pour un montant de 1,8 milliard qu’ils n’ont ni cautionné ni remboursé l’intégralité de cette somme conformément aux dispositions contraignantes de l’article 140 du Code de procédure pénale.

Si l’on sait par ailleurs que leurs contestations ne sont pas sérieuses car leur argument fondamental se résume à une qualification politique des faits incriminés dont le premier magistrat de la ville pouvait disposer de manière discrétionnaire et sans reddition des comptes. »

Laisser un commentaire