Football-Allemagne : face au racisme, Mesut Özil « jette l’éponge »

Le scandale avait enflammé l’Allemagne bien avant le début de la Coupe du monde en Russie, et elle n’a sans doute pas arrangé les affaires de la Mannschaft, éliminée précocement après des défaites contre le Mexique et la Corée du Sud. Sommé de faire montre de loyauté, le footballeur Mesut Özil, qui s’était laissé prendre en photo avant la compétition aux côtés du président du pays de ses parents, la Turquie, a annoncé dimanche 22 juillet qu’il mettait entre parenthèses sa carrière internationale.

C’est une photo qui a complétement changé les rapports de Mesut Özil avec sa sélection et son pays. Le 15 mai dernier, le meneur de jeu d’Arsenal et de la Mannschaft, avec son coéquipier Ilkay Gundogan, posent en compagnie de Recep Tayyip Erdogan, alors en pleine campagne pour sa réélection à la présidence turque. Des clichés de deux stars allemandes d’origine turque, réutilisés à des fins électorales avant le scrutin du 24 juin, finalement remporté par le chef de l’Etat.

Champion du monde en 2014 avec l’Allemagne, numéro 10 de sa sélection, Özil avait alors subi un flot de critiques. Il s’était d’abord excusé mais cette polémique a peut-être fini par influer sur ses performances, jugées décevantes lors du Mondial, comme celles de ses coéquipiers. En tout cas, le joueur n’a pas digéré les attaques, qui n’ont forcément pas cessé depuis l’élimination des Allemands au premier tour du tournoi (la plus grosse désillusion de l’histoire de cette équipe).

Sur son compte Twitter, l’élégant meneur d’Arsenal a expliqué qu’il ne jouerait plus pour l’Allemagne aussi longtemps qu’il ressentirait « du racisme et du manque de respect à son égard ».