Gestion des deniers publics: Sonko persiste et demande des réponses

L’audition avortée de l’Inspecteur des Impôts, Ousmane Sonko, devant le Conseil de discipline de la Fonction publique relance le débat sur le statut des lanceurs d’alertes.
La limitation du nombre de ses avocats a poussé l’inspecteur des impôts,après constat d’un huissier à refuser d’assister à ce qu’il qualifie d’acharnement politique.

M. Sonko s’est présenté avec 5 avocats, mais le Conseil a estimé qu’il n’en avait droit qu’à un seul.
À sa sortie, il révèle que cette affaire est pilotée directement par le palais et qu’il est  conscient que les autorités politiques veulent le faire taire.

 » Sur toutes les questions que j’ai évoqué aucune réponse n’a encore été apportée par le pouvoir, ils se contentent de divertir le peuple » à noté Sonko lors d’un point de presse.
L’inspecteur des Impôts, par ailleurs chef du parti Patriotes sénégalais pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) a été suspendu pour manquement à son obligation de réserve.

Sonko avait révélé que l’Assemblée nationale ne payait pas ses impôts. Il était aussi revenu à la charge pour dénoncer des « détournements d’objectifs » dans la lutte contre la traque des biens mal acquis, un marché de gré à gré d’un montant de 150 milliards, entre autres. Le dernier référendum a coûté 3 milliards, selon l’Etat, mais pour Sonko toujours, cette consultation a coûté 10 milliards.

Aida

 

Laisser un commentaire