Israël cherche appui chez Macron

Jeudi soir, M. Nétanyahou a
trouvé à Paris une oreille plus at-
tentive sur le nucléaire iranien.
Sans surprise, il en fait la priorité
de son mandat. Il attend, tout
comme Paris, que Washington se
décide à déclarer mortes les né-
gociations internationales qui
visaient à sauver l’accord nu-
cléaire de 2015. Voilà bientôt cinq
ans que M. Nétanyahou a con-
vaincu l’ex­président Donald
Trump de le dénoncer.
Emmanuel Macron et les négo-
ciateurs européens ont perdu es-
poir depuis l’été 2022, face au dur-
cissement du régime iranien sur
le plan diplomatique et domesti-
que, avec la répression du mouve-
ment suscité par la mort en dé-
tention de la jeune Mahsa Amini.
Désormais, les Etats membres
de l’Union européenne débattent
du classement – encore incer-
tain – des gardiens de la révolu-
tion, l’armée idéologique du ré-
gime, sur la liste des entités terro-
ristes. Tout en essayant, Paris en
tête, d’éviter une rupture avec Té-
héran, ne serait­ce que pour obte-
nir la libération de la quarantaine
de ressortissants européens déte-
nus dans le pays. Paris craint que
l’Iran n’accélère encore ses tra-
vaux nucléaires, une fois les négo-
ciations enterrées, et qu’il ne mul-
tiplie les provocations armées
Emmanuel Macron
et le premier ministre
israélien, Benyamin
Nétanyahou, le 2 février,
à l’Elysée. JEAN-CLAUDE
COUTAUSSE POUR « LE MONDE »
dans la région. Le communiqué
de l’Elysée dénonce « la fuite en
avant » de l’Iran.
Jeudi soir, M. Nétanyahou a
souhaité préparer l’après, en
plaidant pour une dissuasion
militaire renforcée face à l’Iran,
afin de l’empêcher de franchir le
seuil de 90 % d’enrichissement
de l’uranium, synonyme d’accès
à l’arme nucléaire. Israël peut
chercher à déstabiliser le régime
de Téhéran en y multipliant les
opérations clandestines. Il plaide
pour le renforcement de sanc-
tions contre ses exportations de
pétrole et de gaz, notamment
vers la Chine et l’Inde.
Paris a enfin pressé M. Nétanya-
hou de s’engager en faveur de
l’Ukraine dans la guerre qu’y
mène la Russie, sans grand suc-
cès. A la chaîne américaine CNN,
le 1er février, M. Nétanyahou a dit
étudier la possibilité de fournir à
Kiev une aide militaire. Cepen-
dant, Israël demeure soucieux de
ne pas heurter Moscou. L’armée
russe déployée en Syrie a les
moyens de lui interdire d’y me-
ner des frappes régulières contre
des intérêts iraniens.
Jeudi soir, M. Macron et M. Né-
tanyahou ont évoqué la possibi-
lité d’une médiation, à terme, en-
tre Moscou et Kiev. Le chef de
l’Etat français ambitionne de
jouer un rôle pour contribuer à
une sortie négociée des hostilités,
quand les Ukrainiens le souhaite-
ront. Le premier ministre israé-
lien, qui entretient de longue date
des liens avec Vladimir Poutine,
n’exclut pas d’y contribuer. A la
condition que les deux parties.

Avec le monde

Titre Echosenegal.com