La SUNEOR, ou l’or perdu du Sénégal : quel repreneur pour quelle mission ?

5 milliards 352 millions c’est le montant qu’avait  déboursé  Abas Jaber en 2004  pour acquérir la SONACOS  il devenait ainsi  l’actionnaire majoritaire de la boite  évaluée  a l’époque a prés de 8 milliards et qui a par la suite  été rebaptisé  SUNEOR.

Voici qu’aujourd’hui, après dix ans de gestion décriée par les  travailleurs qui pourtant l’avait soutenu dan sa reprise, Monsieur  jabber projette de céder  les unités de Lindane (Kaolack) et Ziguinchor à la société française, Sosi Protéol. D’ailleurs, quatre agents envoyés par cette structure sont au Sénégal depuis lundi pour inspecter les installations ; ce qu’il n ont pas pu faire car les travailleurs s’y  sont opposé .Selon eux la SUNEOR  et une entité de cinq usines  indivisibles (Dakar, Kaolack, Louga, Diourbel, et Ziguinchor)  à prendre ou a laisser alors  pas  question de morceler ce patrimoine, pourtant ce même Abbas Jaber s’était aussi opposé à cette même balkanisation au moment de son achat

Le moins qu’on puisse dire c’est que la SUNEOR  se débat dans de grosse difficultés financières car sans la subvention de l’Etat elle peine a chaque fois a acheter les graines aux producteurs qui courent toujours derrières des dettes s’y ajoute qu’actuellement plusieurs usines ne fonctionnent presque plus.  Cette situation avait même poussé  les syndicats à demander la reprise de la société des mains d’Abbas Jaber car depuis son arrivée, la société étai  totalement à genoux. Le premier ministre a même reconnu a l’assemblée nationale que la  SUNEOR  est en faillite  mais que l’Etat n’allait  pas la laisser mourir.

Rappelons  que  l’ IGE (inspection général d’Etat) ainsi qu’une  mission la Banque mondiale  avaient  fait des propositions de redressement  à l’Etat  mais la aussi pas d’avancée significative .il faut aussi dire qu’au delà de Sossi Proteol  d’autres société comme Dangote  avait manifesté leur intérêt pour  la  reprise de la SUNEOR  qui tarde.

L’Etat qui possède aussi des actions va-t-il accepter cette procédure ? Les travailleurs vont il se laisser faire ? Certes  il est urgent de relever la SUNEOR  mais une mauvaise cession risquera de plonger toute  la filière arachidière   dans une profonde  léthargie et même de compromettre l’important volet agriculture du PSE.

A.M.DIENG

 

 

.

Laisser un commentaire