Lamine Diack prend 4 ans de prison dont 2 avec sursis, son fils 5 ans ferme

Le président de la Fédération internationale d’athlétisme de 1999 à 2015, Lamine Diack, a été condamné ce 16 septembre 2020 à Paris à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis, pour son implication dans un réseau de corruption voué à cacher des cas de dopage en Russie. Le Sénégalais de 87 ans a été reconnu coupable de corruption active et passive et d’abus de confiance et a été condamné à une amende maximale de 500 000 euros.PUBLICITÉ

Il est l’une des figures marquantes de l’athlétisme mondial et du sport africain. Mais ce 16 septembre 2020 à Paris, l’histoire de Lamine Diack, 87 ans, a définitivement pris une autre tournure. Celui qui a présidé la Fédération internationale (World Atheltics, ex-IAAF) de 1999 à 2015 a été condamné à 4 ans de prison dont 2 avec sursis ainsi qu’à une amende de 500.000 euros, par la justice française, à l’issue d’une longue procédure débutée en octobre 2015 et d’un procès organisé en juin 2020.

Le Sénégalais était en effet au cœur d’une vaste affaire portant notamment sur un réseau de corruption visant à différer, en échange d’argent, des sanctions envers des athlètes russes soupçonnés de dopage. L’ancien patron de l’IAAF a encore la possibilité de faire appel de ce jugement.

Son fils Massata Diack est condamné à cinq annnées de prison ferme plus une amende d’un million d’euros, le juge a lancé un mandat d’arrêt international.