LE CORAF POUR UN ACCOMPAGNEMENT PLUS SOUTENU DE LA RECHERCHE AGRICOLE

L’agriculture est une question de souveraineté nationale, a rappelé, mardi à Dakar, le directeur exécutif du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF), Paco Sérémé, déplorant les faibles budgets alloués à la recherche agricole par les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
« Il y a une part congrue des financements qui revient à la recherche agricole, alors qu’elle est le pilier pour générer des technologies afin de vraiment développer ce secteur. (…) Ce sont les pays qui doivent financer la recherche, car l’agriculture est un domaine de souveraineté nationale et alimentaire », a-t-il dit.
M. Sérémé s’exprimait en marge du forum sectoriel sur le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la conférence internationale sur l’agriculture en Afrique de l’Ouest (17-19 novembre).
Cette manifestation est organisée pour commémorer le 10e anniversaire de l’adoption de la politique agricole commune (ECOWAP, en Anglais) de la CEDEAO.
Selon Paco Sérémé, « les institutions de recherche agricole sont vides’’ et les chercheurs partis ailleurs faire valoir leurs compétences, en raison des faibles financements alloués au secteur de la recherche agricole dans l’espace CEDEAO.
Ce forum va permettre, selon lui, de faire le plaidoyer auprès de la CEDEAO et de ses ses Etats membres, afin qu’ils « remettent la question du financement au cœur de leurs préoccupations, si on veut réussir la deuxième génération des ECOWAP ».
« Il faut investir suffisamment dans l’agriculture, en prenant en compte ses différents segments dont la recherche agricole », a poursuivi le directeur exécutif du CORAF.
A Maputo, en 2003, les chefs d’Etat avaient pris l’engagement d’allouer 10% des budgets nationaux à l’agriculture, une option réaffirmée en 2014, mais dont la mise en oeuvre reste à être améliorée, même si progrès sont à signaler, a indiqué M. Srérémé.
avec aps

Laisser un commentaire