Le SYTJUST suspend sa grève

Le Syndicat des Travailleurs de la Justice s’était accordé depuis jeudi dernier une trêve de 96 heures après avoir observé une grève continue qui a commencé le lundi 15 juin 2020 et s’est arrêté le mercredi 26 août 2020, soit 10 semaines et 3 jours ou encore 73 jours dont 53 jours ouvrables.
Le style acharné de la lutte dénote d’un engagement sans faille des travailleurs de la Justice à ne pas céder à leurs acquis syndicaux arrachés après des années de lutte à travers des négociations collectives et de surcroît scellés par des décrets dûment signés par la première institution de la République. Cette opiniâtreté était l’unique moyen à la disposition des travailleurs de la Justice contre une régression qu’une remise en cause de leurs droits acquis leur aurait infligés.
En dépit de toutes les difficultés qui ont ponctué le différend entre les travailleurs de la Justice et leur tutelle, il est heureux que le fil du dialogue soit renoué entre le Ministre de la Justice et le SYJUST. Cette reprise du dialogue a abouti à une décrispation probatoire de 96 heures qui arrive à son terme.
Après une large concertation avec sa base, le SYTJUST a décidé de commuter la trêve en une suspension de son mot de grève le temps de permettre au Garde  des Sceaux, Ministre de la Justice de dérouler son engagement « à tout mettre en œuvre pour accomplir toutes diligences à l’effet de faire payer au cours du mois de septembre 2020, un montant utile dans le cadre des primes dont la mise en œuvre pérenne sera assurée  par un texte étudié et proposé par le comité qui tiendra sa première réunion le Jeudi 27 août 2020 à 17 heures ».
Cette suspension devrait aussi permettre au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice de veiller au respect de son engagement à ce que le comité mis en place poursuive dans un délai raisonnable l’étude et la préparation des projets de textes concernant :
  • Le statut des travailleurs de la Justice ;
  • L’assiette du fonds commun des greffes ;