Liberté de l’information: La cellule de communication du palais coopte « ses journalistes points focaux »

A l’heure du numérique, où l’information est perçue à la seconde, avons-nous besoin de « points focaux » au palais pour mieux « distiller » l’information ?

La liberté de l’information est fondamentale dans nos pays qui sont sur le chemin de « l’émergence », car  » un journaliste qui perd sa liberté d’écriture est comme un cheval aux galops sans destination » disait Hernin Zitch.

« La notion d’amélioration des relations entre la présidence et les médias renvoie essentiellement à l’exigence de faciliter l’accès des journalistes à l’information », a dit El Hadj Hamidou Kassé, ministre-conseiller, en charge de la communication de la présidence de la République.

Cette initiative, qui va égalent concerner la presse internationale, vise à « faciliter l’accès des journalistes à l’information à toute heure, de familiariser les uns et les autres avec les actualités présidentielles », a dit M. Kassé.

Recevant la presse « accréditée » par la présidence, le président de la République a promis d’augmenter l’aide allouer à la presse en particulier en ligne, qui est selon lui, l’avenir de l’information.

Il a salué le rôle de la presse en ligne au Sénégal, en soulignant qu’elle « est devenue très forte ». « Nous sommes en train de vivre des mutations. L’avenir, c’est le tout numérique. C’est une évolution irréversible », a-t-il ajouté, qualifiant de « partenaires » ceux qui sont « chargés d’informer l’opinion », les journalistes accrédités à la présidence de la République.

Cependant, cette fameuse presse en ligne trillée au volet, la majeur partie des organes est laissée pour compte, malgré les énormes efforts abattus sur le terrain.

S’agissant de la distribution de l’aide à la presse, elle est faite de façon discriminatoire, et les critères pour y accéder restent inconnus par plusieurs organes en ligne.

Echos-senegal.com

Laisser un commentaire