Marseille: le trafic de drogue au cœur de règlements de comptes

Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 octobre, trois personnes ont été tuées dans une cité des quartiers nord de Marseille. Les victimes étaient jeunes : l’aîné n’avait que 22 ans, les deux autres avaient moins de 15 ans. Pour l’heure, les enquêteurs privilégient la piste d’un règlement de comptes sur fond de trafic de stupéfiants. «C’est une des hypothèses envisagées (…) mais il n’y a aucune certitude sur le fait que ces trois personnes étaient liées au trafic de stupéfiants», a déclaré lundi le procureur de la République de Marseille.

Les trois victimes sont jeunes. Il n’a fallu que quelques heures au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur pour réagir. Dans un communiqué publié dimanche 25 octobre au matin, Bernard Cazeneuve note « qu’il appartient à l’enquête judiciaire en cours d’établir les faits », mais précise que la piste du trafic de stupéfiants « est privilégiée ».

Le hall d’immeuble où ces trois jeunes ont été tués est connu comme un haut-lieu de vente de cannabis, et parfois aussi de cocaïne. Tellement connu que les forces de l’ordre y ont d’ailleurs mené une vaste opération en mai dernier : après un an d’enquête, 300 policiers ont été mobilisés pour démanteler le réseau de trafiquants qui y opéraient. Une vingtaine de personnes avaient été interpellées, 30 kilos de marijuana et de résine de cannabis saisis.

10 à 12 millions d’euros par mois

Pour les forces de l’ordre, l’opération fut incontestablement un succès. Mais, paradoxalement, elle pourrait être à l’origine de la fusillade de ce dimanche : en démantelant le réseau, les policiers ont laissé le lieu inoccupé. Le contrôle de ce point de vente réputé attise les convoitises des différents groupes opérant dans le quartier. La fusillade pourrait donc être un règlement de comptes entre bandes rivales.

Laisser un commentaire