PLAIDOYER POUR UNE DÉCENTRALISATION DE LA CHAÎNE FISCALE AU NIVEAU LOCAL

L’acte 3 de la décentralisation devra dans sa deuxième phase prendre en compte une décentralisation de la chaîne fiscale afin de permettre aux collectivités locales de disposer de plus de ressources financières importantes, a estimé lundi à Diofior Mamadou Diangar, assistant en droit public à la facultés des sciences juridiques et politiques à l’UCAD.
‘’Dans le cadre de la phase 2 de l’acte 3 de la décentralisation, il faudrait que les autorités locales songent à décentraliser cette chaîne fiscale et permettre aux collectivités locales de ne plus dépendre des services décentralisés’’, a-t-il dit. Diangar animait un panel autour du thème ‘’la fiscalité locale en milieu rural : enjeux et défis’’ lors de la 3-e Conférence des acteurs de la coopération décentralisée.
La rencontre qui consacre le renouvellement des échanges entre Diofior et la ville de Panazol en France 
était axée autour du thème général : ‘’réforme territoriale et services publics locaux en zone rurale’’.
Selon lui, ‘’dans le cadre de la fiscalité locale c’est que fondamentalement, c’est la loi qui fixe le taux, l’assiette et les modalités de recouvrement des impôts. Il y a donc une centralisation de la chaîne fiscale’’.
‘’Les collectivités locales n’ont presque pas de pouvoir fiscal local. Ce qu’on constate c’est que la loi leur donne la possibilité de fixer certaines taxes et le taux de certains impôts  par rapport à la fourchette qui est établie’’, a-t-il fait savoir.

Laisser un commentaire