Politique : « je me demande comment un opposant peut-il voter contre ses droits » selon l’ambassadeur Fodé Sylla

Le projet de réforme constitutionnelle comporte des points qui renforcent la démocratie du statut de l’opposition, « je me demande comment un opposant peut-il se lever le 20 mars pour voter contre le renforcement des droits des opposants » s’étonne Fodé Sylla du mouvement pour la justice et l’émergence (MOJEM) favorable à voter pour le Oui.

Dans le classement des indices de démocratie dans le monde, le Sénégal est en pole position, donc il faut éviter de faire revenir le Sénégal en arrière, a souligné Fodé Sylla, ambassadeur itinérant.

Tous ces gens qui se lèvent maintenant pour se réclamer du M23 n’ont joué aucun rôle, a dit Hamath Dansokho ancien secrétaire général du PIT, lors d’un point de presse initié par l’ancien ambassadeur Fodé Sylla.

« Ils doivent reprendre leurs esprits et ne pas accepter d’être manipuler par le PDS, car la naissance de ces multitudes de mouvements est une manière pour les libéraux de blanchir l’argent qu’ils ont volé au peuple sénégalais » a-t-il lancé.

Selon lui, Abdoulaye Wade en nommant dix généraux en moins d’un mois avant sa chute du pouvoir, voulait faire un coup d’état, « Heureusement que ces derniers ont refusé de le suivre dans sa forfaiture, il n’a jamais accepté sa défaite » a noté M Dansokho.

Bocar Echos-senegal.com

Laisser un commentaire