Sénégal: Wade perdu par « ses fils », Macky face à ses ex-camarades

Au Sénégal, le climat social a atteint un niveau de tension extrême, avec des grèves notées presque dans tous les secteurs (éducation, santé, transport, éboueurs), s’y ajoute le climat délétère entre qui règne entre le pouvoir et l’opposition.

« Le pays n’a pas de vision » a dit Bruno Derneville leader de parti, pour Abdoul Mbaye ancien premier ministre, lors du lancement de son parti ACT a noté ne plus reconnaître son ami Macky Sall, qui à ses yeux a complètement changé, allant même jusqu’à théorisant « la transhumance. »

Quant à Malick Gabou ancien ministre de Macky Sall, la seule solution pour remettre ce pays dans les rails est le changement de régime. Les autres (Idrissa Seck, Abdoulaye Baldé, Decroix, Pape Diop, Omar Sarr..)  anciens camarades de parti de l’actuel président en préparation des prochaines législatives, privilégient le travail de terrain avec des tournées dans les contrées du pays, en attendant le moment opportun.

Classé récemment parmi les 25 pays les plus pauvres du monde, le pays de la téranga malgré le programme de relance dénommé plan Sénégal émergent (PSE) mis en place par les autorités publiques, les difficultés des populations est de plus en plus perceptibles surtout chez les jeunes, qui constituent la majorité de la population.

Les départs au sein du PDS du président Abdoulaye Wade, ont largement contribué à sa défaite lors de la présidentielle en 2012, succédé par un de ses anciens premiers ministres. En quatre ans, le président Sall s’est séparé de plusieurs de ses compagnons de « guerre, » qui sont venus renforcés l’opposition.

Aida Echos-senegal.com

 

 

Laisser un commentaire