Sous les yeux des autorités, « les chinois pillent nos forêts « 

La forêt de la Casamance, la dernière zone boisée du Sénégal sera immédiatement détruite d’ici deux ans si le trafic illégal de bois de véne en destination de la Gambie continue au rythme actuel, a annoncé Ali Aida ce jeudi lors d’un point de presse.

L’ancien ministre de l’environnement a  souligné que le Sénégal a perdu plus de un million d’arbres depuis 2010,  » tandis que les exploitants basés en Gambie ont empoché prêt de 140 milliards de francs en exportant ce bois vers la Chine, où la demande en meubles fait de ce bois à explosé ces dernières années » à expliqué M Aidar.

Selon lui, de puissants lobby et des maffieux chinois, coupent des centaines voir des milliers de troncs de bois de vénes sans les yeux des autorités, qui ne font rien sur le terrain pour remédier à cela.

La Gambie est le deuxième plus grand exportateur de bois de véne en Afrique de l’ouest avec seulement 4 mille km de forêt, or avec 40 mille km le Sénégal est loin de ce classement, d’où provient tout ce bois qui transit de la Gambie pour aller en Chine via des bateaux de Bollore et compagnie ? S’est questionné le militant de l’environnement.

Pour lui, tout ce bois vient de la forêt de médina yoro foula, qui est passé de 50 à 100 trafiquants Gambiens en 2010 pour atteindre entre 1500 à 2000 trafiquants sénégalais et Gambiens.

« Avec trois véhicules pick-up et une autorisation des autorités politiques du Sénégal, je peux avec mon équipe arrêté ce trafic en une semaine » à noté l’ancien ministre.

 » J’avais essayé en tant que ministre de trouver des solutions pour arrêter ce trafic, mais avec la pression des lobby mon passage à la station ministérielle a été bref  » se désole-t-il.

Echos-senegal.com

 


 

Laisser un commentaire