TUBERCULOSE : FATICK TARDE À ATTEINDRE LES OBJECTIFS (RESPONSABLE)

La région de Fatick a accusé un retard dans la lutte contre la tuberculose avec un taux de détection de 34% contre un objectif national de 70% fixé par le programme national de lutte contre la tuberculose pour 2015, a déclaré, mardi, Thiaba Sow, coordonnateur régional du bureau de la lutte contre la maladie (tuberculose, paludisme, lèpre, les maladies tropicales négligées)
« Pour un objectif de 70% de taux de dépistage fixé par le programme national de lutte contre la tuberculose pour 2015, soit 730 malades à atteindre, la région caracole à 34%, soit 253 malades », a-t-il dit au cours d’un point de presse en prélude à la journée mondiale de lutte contre la tuberculose prévue jeudi.
Selon M. Sow, « ce gap est important (…) malgré les efforts,
les différentes stratégies, qui sont développés pour relever ce taux qui reste toujours inférieur à 40% et tout le monde est interpellé sur ce plan ».
Hormis le dépistage, la région a réalisé des progrès au niveau des autres indicateurs de performance à savoir les taux de guérison et
d’abandon.
« Par rapport au suivi des malades, c’est-à-dire un malade déjà
dépisté de la tuberculose, la région fait vraiment des progrès depuis trois à quatre ans parce que l’objectif du taux de guérison est de 85%. L’année dernière on l’avait atteint, aujourd’hui nous sommes à 82%, donc il nous manque trois points », a-t-il relevé.
« Pour les perdus de vue, on a noté des améliorations depuis
des années. On les retrouve spécialement au niveau des frontières notamment au district de Sokone avec 5% [de taux] d’abandon et celui de Gossas avec 6% d’abandon », a signalé M. Sow précisant
que ce taux doit être inférieur à 5%.
Ainsi pour obtenir de meilleurs résultats dans le cadre de cette lutte, « on va mettre à profit cette journée pour une large diffusion de l’information pour que chacun puisse participer à l’atteinte des objectifs fixés », a indiqué le coordonnateur régional du bureau de la lutte contre la maladie.
« La tuberculose est un problème de santé publique au Sénégal malgré les énormes progrès du programme national de lutte contre la tuberculose depuis une dizaine d’année », a déploré M. Sow.
« On n’a pas assez sensibilisé la population. Parce qu’une personne qui a une toux qui dure plus de 15 jours doit aussitôt aller vers les structures sanitaires », a estimé Thiaba Sow.
Ce problème peut également s’expliquer par le fait certains
malades « vont vers les tradipraticiens (…) », a-t-il fait remarquer.

avec aps

Laisser un commentaire