UNE ASSOCIATION PORTÉE SUR LES FONTS BAPTISMAUX POUR L’AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES ARTISTES

L’Association des acteurs des industries musicales (AIM), une structure mise en place, jeudi, à Dakar, par un collectif d’artistes « anciens et expérimentés », annonce vouloir constituer un cadre de concertation axé sur l’amélioration des conditions de vie « précaires » des artistes sénégalais.
Cette instance de concertation sera doublée d’un cadre juridique, ont-ils annoncé au cours d’une rencontre avec la presse consacrant la mise en place officielle de leur association.
L’Association des acteurs des industries musicales (AIM) compte par ce biais « revendiquer de meilleures conditions de vie » pour les artistes, a indiqué son président, Zeynoul Sow, artiste musicien et compositeur.
« L’objectif de l’AIM, en plus de la promotion et la diffusion des produits musicaux des artistes, est de favoriser une grande solidarité entre les artistes pour lutter contre la pauvreté dans le milieu », a poursuivi M. Sow.
De « nombreux artistes ont du mal à vivre de leur métier », a-t-il fait valoir, avant d’annoncer des rencontres entre artistes, à travers des séminaires et colloques , des expositions et des spectacles.

Ces différentes manifestations devraient contribuer à « renforcer les capacités des artistes et favoriser une meilleure circulation des informations par rapport à leur statut et les décisions des pouvoirs publics » les concernant, a expliqué Zeynoul Sow.

L’idée de mettre en place une telle structure est partie de ce que « plusieurs » artistes font état de leur frustration de n’être « jamais impliqués dans les prises de décisions concernant leur secteur d’activité », sans compter que « beaucoup de gens (..) parlent au nom des artistes sans aucune légitimité ».
Le chef d’orchestre Cheikh Tidiane Tall, guitariste, concepteur et arrangeur depuis les années 60, a lui aussi salué la mise en place de cette association qui, a-t-il dit, va se charger d’impliquer les artistes expérimentés dans la gestion du secteur.
Le musicien Ouza Diallo a de son côté magnifié, en tant que « doyen », la mise en place de cette association, relevant l’importance des chantiers dans lesquels elle compte s’engager.
« Si les gens ne nous respectent pas ou qu’ils associent nos noms à toutes sortes de dérives telle que l’homosexualité, c’est parce qu’il n’y a pas solidarité entre les artistes », a indiqué le musicien Salam Diallo , se félicitant de la mise en place de cette association qui selon lui contribuera à renforcer les liens entre artistes.
Les responsables de cette association ont affirmé vouloir d’abord capitaliser sur les acquis du secteur, avant de revendiquer le respect et la reconnaissance du statut d’artiste.
avec aps

Laisser un commentaire