Union Africaine : « Abdoulaye Bathily avait un déficit de leadership diplomatique » selon Boucar Diouf CIAR

Certes, le professeur Abdoulaye Bathily a eu ses lettres de noblesse, mais son leadership ne dépasse pas le niveau national, a annoncé Boucar Diouf président du mouvement Convergence des idées autour de la République (CIAR/Magal Sénégal) ce samedi à Dakar, en réaction à l’échec de la candidature du Sénégal à l’élection à la présidence de l’Union africaine.

Selon lui, le choix porté sur la personne de Abdoulaye Bathily n’est le bon, « dans certaines contrées du Sénégal, M Bathily est mal connu, et au niveau africain, bien qu’il est mené des missions pour la paix, son leadership diplomatique au continental et international n’est pas si solide, contrairement autres candidats » a noté le président de CIAR.

«Comment une personne qui a du mal à convaincre les populations sénégalaises, peut-elle prétendre représenter le pays dans une instance aussi stratégique, qui est l’Union africaine ? S’est questionné M Diouf.

Pour lui, le déficit de leadership de M Bathily pouvait être comblé par une bonne campagne de communication sur le plan diplomatique, « malheureusement, le professeur Bathily s’est lancé dans une campagne médiocre, destinée non pas aux chefs d’états, mais plutôt aux sénégalais avec des sorties dans les médias nationaux et dans certaines structures nationales.

Fichier Electoral

Le leader du mouvement CIAR créé en 2008 dont l’objectif est la préservation des valeurs cardinales de la République, est revenu sur les divergences notées entre l’opposition et le pouvoir concernant le processus électoral. « C’est le pouvoir qui organise les élections, il est de sa responsabilité de mettre en place les conditions adéquates pour avoir un fichier électoral consensuel » a déclaré Boucar Diouf.

Concernant l’implication des indépendants dans le comité de suivi du fichier, il souligne que l’opposition a parfaitement raison de dénoncer cette méthode, car pour lui, parmi ceux qui se disent indépendants certains sont dans des partis politiques. « Le ministre de l’intérieur devrait recenser les indépendants et leur laisser la latitude de choisir des plénipotentiaires pour les représenter au sein du comité » a expliqué M Diouf.

Report de la Date des élections législatives

« L’opposition doit savoir raison garder et accepter l’évidence, les élections législatives ne peuvent pas se dérouler durant le mois béni de Ramadan. Pendant la campagne électorale, les hommes politiques ne se font pas de cadeaux, et tenir des propos discourtois tout en observant le jeun, cela ne peut être compatible » indique le président de CIAR. Pour lui, le report de la date des élections législatives ne peut en rien entraver le processus électoral.

Bocar echos-senegal.com

Laisser un commentaire