Velingara : 4ème plan d’action du G7 : Les Enseignants ne lâchent pas du lest

L’école Sénégalaise agonise par ces temps qui courent. Et pour cause, les syndicats les plus représentatifs du système éducatif, regroupés autour du G7, continuent d’exprimer leur ras le bol par rapport à l’inaction du Gouvernement face à leurs revendications. Ainsi dans la circonscription éducative de Vélingara, des écoles primaires au Secondaire, le constat est le méme., les classes sont désertées, les enfants en groupes arpentent les grandes artères ou se retrouvent autour de la théière pour des débats. Quant aux parents, ils jugent que l’avenir des enfants est sombre et est hypothéqué, compte tenu du grignotement du quantum horaire. Les enseignements –apprentissages qui ne se déroulent pas correctement seront lourdes de conséquences dit un sexagénaire averti, Moussa Boiro qui a son fils ainé en classe de Terminale L’.Selon lui, les deux protagonistes doivent s’asseoir autour d’une même table et trouver un terrain d’entente sur les différents points de divergences. Ce Vendredi, ce fut le même scénario qui a prévalu dans les établissements scolaires .Un calme plat régnait dans les temples du savoir. Les potaches démotivés par les perturbations s’absentent régulièrement. Le secrétaire général départemental du SELS, Pape Aly Sané sur les ondes de Sewndé Fm, soutient mordi cus que le mouvement a été largement suivi par les collégues.Et pour inciter l’Etat à se plier et à respecter les accords signésle 30/01/18 il annonce d’autres plans d’actions plus coriaces au mois de Mars. Poursuivant ses allégations, il nous apprend qu’un débrayage est envisagé le Mardi 3 Mars, unegrèvetotale, le Mercredi 4 Mars et un autre débrayage le jeudi 5 Mars. Il faut souligner que plusieurs stratégies de lutte sont menées par le G7 comme la présence passive, le port du brassard rouge, lessitin, marches nationales et autres conférences de presse pour obtenir gain de cause. Face au silence des autorités compétentes, les enseignants haussent le ton et persévèrent dans le combat. Ils ne sont pas prêts à lâcher du lest nous dit le syndicaliste, pourvu que leurs revendications soient satisfaites. En attendant la fin des grèves, parents et élèves croisent les doigts et prient que le boycott des évaluations ne soit pas une réalité car cela nuirait à l’avenir de leur progéniture

ElhadjiLonka Sabaly